Mais que fait le gouvernement ?


Dans cette période difficile que traverse le monde, nous pouvons avoir au moins une consolation : l’incroyable gisement d’idées que possède notre pays.
Face à la crise sanitaire, chacun d’entre nous sait ce qu’il aurait fallu faire avant et ce qu’il faudrait faire maintenant.

Toutes ces opinions divergent fortement, mais elles convergent au moins sur un point : le gouvernement ne fait rien et, quand il fait quelque chose, il ne fait pas ce qu’il faut ou il le fait mal alors qu’il y a des solutions évidentes que tout le monde voit, sauf lui.

Pourquoi n’a-t-on pas plus de masques, de gels hydro-alcooliques, de respirateurs, pourquoi n’utilise-t-on pas tel ou tel médicament, pourquoi déplace-t-on à grands frais et grands risques des malades alors qu’il y a des lits disponibles et du matériel inutilisé sur place ? Franchement, c’est incompréhensible !

Soyons sérieux ! Il est normal que l’on s’interroge, que l’on critique, mais il faut bien admettre qu’on est là dans une situation inédite.
On peut trouver dans les pays étrangers des exemples de politiques qui semblent avoir été plus efficaces (Allemagne, Taïwan, Corée du sud), mais on peut aussi en trouver d’autres qui se sont avérées calamiteuses et qu’il a fallu changer radicalement (Royaume-Uni, Etats-Unis), sans parler des gouvernants comme l’effrayant Bolsonaro au Brésil qui s’obstine à ne vouloir rien faire.

Quoi qu’en disent ceux qui se découvrent  aujourd’hui une expertise sur des sujets qu’ils ne connaissaient pas il y a deux semaines, la France n’est peut-être pas aussi mal gouverné qu’on  l’entend dire à longueur de commentaires haineux sur les réseaux sociaux.

Il n’empêche qu’il y a un point sur lequel  tout le monde devrait trouver un accord : aucun pays n’était vraiment prêt à affronter ce genre de situation.
Et pourtant, les avertissements n’avaient pas manqué.

Sur la vidéo (ci-dessus) qui est très regardée en ce moment, on voit Bill Gates annoncer dans une conférence prononcée en avril 2015 que le grand danger qui menace aujourd’hui l’humanité, ce n’est plus une guerre nucléaire, c’est le coronavirus.

Problème : les gouvernements  n’ont pas suivi ses conseils. Et s’ils l’avaient fait, nous –les gouvernés- leur aurions probablement reproché de dépenser des sommes folles pour un danger imaginaire…

Par Gérard HORNY.