Le sac à « phynances »

Un tribunal turc a inventé un motif d’inculpation, sorti tout droit de chez Alfred Jarry. Le journaliste Ender Imrek est poursuivi pour « injure en n’attribuant pas de belles qualités ».

Qu’avait donc écrit notre confrère du journal Evrensel ? Tout simplement : « Le sac brillait de mille feux. »  Pas de quoi en faire un incendie. Oui mais, ce n’était pas n’importe quel sac et sa propriétaire n’est pas n’importe qui.

L’objet tellement brillant vient de chez Hermès, coûte environ 45 000 euros et pendait au bras de Mme Emine Erdogan, l’épouse du non moins brillant autocrate de Turquie.

Comment expliquer qu’écrire « le sac brillait de mille feux » puisse être qualifié « d’ injure en n’attribuant pas de belles qualités » ? Une qualification pour le moins alambiquée et qui fait injure à la maison Hermès.

A priori,  « briller de mille feux » c’est un compliment et une garantie de qualité pour l’objet ainsi décrit. Hermès pourrait porter plainte en diffamation contre les juges turcs. « Quoi ? Mon sac qui brille de mille feux n’a pas de belles qualités ? »

Foin de sophisme ! Faut pas jouer au plus malin avec les juristes turcs.Ils ont bien vu que le sac n’était qu’un prétexte pour dénoncer la richesse ostentatoire du couple Erdogan . Et « la richesse ostentatoire » n’est pas considérée comme une belle qualité. CQFD.

« Et  Merdre ! » dirait le roi Ubu, qui rançonnait les paysans dans son « voiturin à phynances ». De quoi offrir à la mère Ubu quelques « sacs brillant de mille feux ».

Louis le Méter