Epidémie

Le SARS-CoV-2 nuit à la santé de la presse

« Silence, on coule », c’était le titre d’un journal tunisien du 9 mai dernier sur la mort annoncée de la presse écrite dans le pays.  Malheureusement,  nombreux sont les journaux à travers le monde qui pourraient publier des articles comparables sur le même thème avec le même titre.  Déjà affaiblie par le développement des nouvelles technologies de l’information, la presse écrite est en souffrance partout où le SARS-CoV-2 est passé.  Quand on est confiné, on ne va plus au kiosque chercher son journal, à supposer qu’il soit imprimé et distribué.