Faudrait pas que déconfinement vire en déconfiture.

Nul n’est parfait… Je le confesse, ma grand-mère ne portait pas la coiffe, mais les espadrilles, elle dansait le fandango plus que l’andro, et j’en suis fière.

Voilà pourquoi le mot « confinement » ne m’a pas prise au dépourvu. Sur nos terres basques, le confit, on connaît. Toute bête de bon goût y passe un jour, l’oie, le canard, le cochon, le cou, les chichons… Appliqué aux humains, fallait voir ce que ça donnerait. 

50 jours après, le résultat n’est franchement pas à la hauteur, moins souple, moins fondant, un peu filandreux…. Peut-être un défaut de stérilisation, ou de sertissage… 

A moins que les experts en confinement aient omis quelques étapes clefs dans l’art des salaisons. 

Ainsi, le pape en la matière, Christian Montauzer, prince de Guiches, connu pour ses Ibaïona de légende, laisse les cuissots de ses bêtes sécher quelques saisons au bon vent des montagnes pyrénéennes. C’est peut-être cet air là qui nous manque… 

Mais voilà que le stade du confinement va bientôt passer et qu’est-ce qui nous attend ? On ne sait encore trop à quelle sauce nous seront mangés, mais une chose est sûre, pour beaucoup d’entre nous, ce sera la déconfiture… 

Là encore, j’appelle à la rescousse la science inégalable de ma mère grand. L’hiver, toutes les deux, sur la petite table en zinc de la cuisine, nous pelions les zestes d’orange pour préparer la gelée dorée qui régalait mes tartines. Au printemps, c’était la rhubarbe. Aux beaux jours, les fraises, les framboises. Quand le froid revenait, la gelée des merveilles tirée du suc de ces courges bien vertes et succulentes. Mais voilà, ne rêvons pas. Une nouvelle fois, comme le confinement, la déconfiture risque fort nous décevoir.

Je cherche la définition : échec, défaite morale, ruine financière… Ou encore ce terme de droit civil qui désigne l’insolvabilité d’un débiteur, commerçant ou non, qui ne peut faire face à ses dettes… Mamie me l’avait bien dit : le métier d’accommoder les restes est un art, celui de la conserve aussi.

Frédérique JOURDAA.