Laurent Berger le chantre du syndicalisme utile

Quand Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT,  prend la plume- "Permis de construire" aux éditions Tallandier-  çà décoiffe. C'est même plutôt cash. Jugez-en vous-même.

-"Le mouvement des pilotes (en 2014) était indécent". -"La gauche a une hémisphère dialogue social assez limité, la droite c'est l'hémisphère syndical qui l'est." -"Voir la CGT et FO monter au créneau pour défendre les 35 heures après avoir critiqué les accords que la CFDT avait signé à l'époque c'est risible. Mais aussi un peu désolant". -"Cela devient un souci majeur, ce Medef toujours en train de se plaindre, souvent dans l'idéologie, et peu réaliste. La posture, le refus de la responsabilité et un jeu de mistigri permanent, cela lasse."-"Le renoncement à l'écotaxe est une faute politique"."L'entreprise c'est quelque chose de trop sérieux pour être laissé au seul dirigeant". 

Mais attention!  Laurent Berger ne se contente pas d'une analyse musclée de la démocratie sociale telle qu'elle fonctionne (mal). Comme le titre de son ouvrage l'indique clairement -"Permis de construire"- le leader CFDT s'inscrit dans une démarche positive et constructive à l'opposé d'une conception strictement défensive et corporatiste de pas mal de ses camarades de classe syndicaux. Exemple à l'appui- Gad, Renault, l'hôpital- il (dé)montre avec conviction que le syndicalisme a toujours un rôle majeur dans la société dès lors qu'il "regarde la réalité en face" et qu'il porte un progrès social, bref qu'il est "utile".  Mieux, dans le droit fil d'une tradition cédétiste plus ou moins constante, il met des idées nouvelles au pot de l'intérêt général. Proposition d'un Grenelle du numérique en 2016, promotion d'un compte social personnel ambitieux...La CFDT du nazairien Laurent Berger se projette hardiment dans l'avenir, avec quand même un sentiment un peu amer d'isolement. "Honnêtement, écrit-il, nous nous sentons parfois un peu seuls dans notre volonté de trouver des solutions par la négociation. "

"Permis de construire" chez Tallandier 16,90 euros 

 

Tags: