Jean-Marc Roué et Michel Salaün invités de Paris Breizh Média

Jean-Marc Roué et Michel Salaün invités de Paris Breizh Média

Jeudi 7 février 2019, à l’initiative de notre confrère Thierry Dussard, Paris Breizh Média recevait à la Galerie Livinec deux acteurs majeurs du tourisme en Bretagne : Jean Marc Roué, Président du conseil de surveillance de Brittany Ferries et Michel Salaün, PDG du groupe Salaün Holidays.

En se saluant en breton, les deux voyagistes sont revenus sur la genèse leurs entreprises qui aujourd’hui pèsent respectivement 433 M€ et 230 M€ de chiffre d’affaires. Si la passation de pouvoir entre Jean-Marc Roué et Alexis Gourvenec s’effectue en 2007 le temps d’un week-end qui laisse le nouveau Président bien seul le lundi matin lors de la première réunion avec le gouvernement français, celle de Michel Salaün est plus calme. En effet, il est la troisième génération à présider aux destinées du Tour Opérateur. L’autocariste du Finistère est désormais un des voyagistes leader sur son marché. « Quand il est revenu des États-Unis, mon grand-père avait le choix. Acheter une ferme ou un autocar. Je crois qu’il a fait le bon choix », sourit Michel Salaün. Désormais, N°1 français de la Russie et de l’Asie centrale avec Pouchkine Tour, mais également N°1 en Scandinavie avec Nordiska, le breton continue de tester lui-même tous les circuits qu’il propose à une clientèle qui a le goût du confort : n’ont-ils pas 55 ans et plus ?

Pour Brittany Ferries, ses clients ont une autre particularité : ils sont à 85% anglais ! Un atout et un vrai problème à l’heure du Brexit. Demain, sans accord entre l’UK et l’UE, la Grande Bretagne sera aussi proche du Vietnam en termes de contrôle douanier. « Sur la base de 10 000 voyageurs par jour et de 2 minutes de contrôle par passager, calculez vous-même le temps d’attente par bateau ! ». Pour l’instant des douaniers supplémentaires ont été programmés… dans le nord de la France, rien (ou si peu : 4) en Bretagne.

Présent de Roscoff au Havre, en Angleterre, en Irlande et en Espagne, Brittany Ferries scrute attentivement les négociations entre Theresa May et Michel Barnier. Verdict fin mars 2019.